Digne est l'Agneau

 

 

« Digne est l'Agneau égorgé de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l'honneur, la gloire et la louange »
 
‘Digne est l'Agneau' est l'antienne qui commence la messe du Christ-Roi. L'Agneau est Jésus dans le Saint Sacrement. Il choisit la fête des pains sans levain pour instituer la sainte Eucharistie parce qu'il est l'Agneau sacrificiel, immolé pour notre salut. Vendredi Saint suit Jeudi Saint car les souffrances du Christ sur la croix représentent le prix précieux que le Seigneur a payé pour nous donner le don de lui-même dans la sainte Eucharistie. L'Eucharistie est le fruit de la passion du Seigneur. Il donna son corps sur la croix pour nous donner son corps dans la sainte Eucharistie. Il versa son sang sur la croix pour nous remplir de son amour divin dans la sainte Eucharistie. Par sa mort sur la croix, nous avons la vie dans la sainte Eucharistie.

Jésus choisit de venir à nous sous les apparences du pain parce que le pain est fait de blé. Le blé est battu, broyé et écrasé avant de devenir du pain. De même, Jésus accepta d'être battu, broyé et écrasé d'humiliations pour devenir pour nous « le pain vivant qui descend du ciel. »

Posons-nous la question suivante : Adorons-nous celui que nous recevons dans la sainte communion ? Nous adorons le Christ, comme il l'a constamment demandé à l'humanité, en appréciant sa présence parmi nous dans le Saint Sacrement. Acceptons-nous de passer du temps en prière avec lui qui est vraiment, réellement, physiquement, corporellement et personnellement présent à nous dans le Saint Sacrement ? Son appel adressé aux apôtres dans le jardin des Oliviers s'adresse aujourd'hui à nous tous : « N'avez-vous pas eu la force de veiller une heur avec moi ? »  Ces paroles à Sainte Marguerite Marie sont encore plus valables aujourd'hui :  « Voici ce cœur qui a tant aimé les hommes et qui est si peu aimé en retour . . . J'ai soif, mais d'une soif si ardente d'être aimé des hommes au Saint Sacrement, que cette soif me consume. »

Lorsque deux personnes s'aiment, elles veulent passer du temps ensemble. Ceci est vrai pour tout genre de relations d'amour : une mère à son nouveau-né, deux amis, deux jeunes amoureux, un homme et une femme. L'amour recherche la présence de celui qui est aimé. Il en est de même pour le grand mystère de la foi. Jésus a dit : « Je ne vous laisserai pas orphelin, je viendrai à vous. »  « Et voici que je suis avec vous pour toujours, jusqu'à la fin du monde. » Il a choisi d'être avec nous, d'habiter parmi nous, de rester avec nous dans le Très Saint Sacrement. Avec son Corps, son Sang, son Ame et sa Divinité, le Christ habite parmi nous sept jours sur sept et vingt quatre heures sur vingt quatre.
 

--------------------------------------------------------------------------------

Plein de grâce et de vérité
Lors du concile de Vatican II, le Pape Paul VI rédigea une encyclique prophétique intitulée Mysterium Fidei. Le Pape établit que l'Eucharistie est gardée dans notre église comme le ‘centre spirituel' de la paroisse. D'après lui, chacun devrait comprendre ‘l'incomparable dignité' que la divine Eucharistie confère au peuple Chrétien. Il proclame que « le Christ est vraiment l'Emmanuel, le 'Dieu avec nous.' Car, jour et nuit il est au milieu de nous. »  Ensuite, le Pape insiste sur la raison pour laquelle le Christ habite avec nous dans le Saint Sacrement et sur les bénéfices spirituels qui sont donnés à ceux qui entrent en sa présence Eucharistique.

« Car jour et nuit il est au milieu de nous et habite avec nous, plein de grâce et de vérité; il restaure les moeurs, nourrit les vertus, console les affigés, fortifie les faibles et invite instamment à l'imiter tous ceux qui s'approchent de lui, afin qu'à son exemple ils apprennent la douceur et l'humilité de cœur, qu'ils sachent chercher non leurs propres intérêts mais ceux de Dieu. Ainsi quiconque aborde le vénérable Sacrement avec une dévotion particulière et tâche d'aimer d'un cœur généreux le Christ qui nous aime infiniment, éprouve et comprend à fond, non sans joie intime ni sans fruit, le prix de la vie cachée avec le Christ en Dieu; il sait d'expérience combien cela en vaut la peine de s'entretenir avec le Christ; rien de plus doux sur terre, rien de plus apte à faire avancer dans les voies de la sainteté. »

Le Pape Paul VI explique aussi que « le Concile a suscité l'espérance d'un nouveau rayonnement de piété Eucharistique qui gagne toute l'Eglise; il ne fait pas que cet espoir soit frustré et que le bon grain soit étouffé par les opinions erronées déjà semées çà et là. » Le Pape révéla ouvertement son sérieux souci et son inquiétude pastorale pour ses erreurs qui affaiblissent la foi et le culte de la sainte Eucharistie. Il demanda aux évêques et aux prêtres de ‘promouvoir sans épargner paroles et efforts le culte Eucharistique' pour qu'une nouvelle ère de piété Eucharistique se répande dans toute l'Eglise.

Pour quelques raisons que ce soient, ceci n'a pas été fait. Ceux qui croient en l'adoration Eucharistique sont restés silencieux. Ceux qui n'y croient pas se sont fait entendre. Le résultat fut catastrophique. Presque tout le monde est conscient de la chute radicale de l'adoration Eucharistique pendant ces vingt dernières années.

Mais notre Seigneur continue de nous lancer des appels par l'intermédiaire de son Vicaire sur terre, le Pape Jean-Paul II. Dans sa lettre ‘Le mystère et le culte de la sainte Eucharistie', le Pape écrit le 24 février 1980 :

« L'animation et l'approfondissement du culte Eucharistique sont une preuve du renouveau authentique que le Concile s'est fixé comme but, et ils en sont le point central. Et cela, vénéré et chers Fréres, mérite que nous y réfléchissions spécialement. L'Englise et le monde ont un grand besoin de culte Eucharistique. Jésus nous attend dans ce sacrement d'amour. Ne mesurons pas notre temps pour aller le recontrer dans l'adoration, dans la contemplation pleine de foi et prête à réparer les grandes fautes et les grands délits du monde. Que notre adoration ne cesse jamais. »
 

--------------------------------------------------------------------------------

La vie de nos Ames
Une fois de plus, dans l'encyclique Redemptor Hominis, le Pape écrit que l'Eucharistie est le sacrement ineffable. Il nous exhorta en disant que notre ‘engagement essentiel' dans la vie « consiste à persévérer et à progresser dans la vie Eucharistique, dans la piété Eucharistique, à se développer spirituellement dans le climate de l'Eucharistie. »   Le Pape appela chaque membre de l'église à  « veiller à ce que ce sacrement d'amour soit au centre de la vie du peuple de Dieu pour qu'on agisse, à travers toutes les manifestations du culte qui lui est dû, de manière à rendre au Christ amour pour amour, et qu'il devienne vraiment la vie de nos âmes. »

Le Saint Père mit ces paroles en pratique en commençant l'adoration perpétuelle avec le Saint Sacrement exposé le 2 décembre 1981. Depuis cette date, l'adoration fut ininterrompue dans la petite chapelle de Saint Pierre au Vatican. Ceci doit être une grande source d'encouragement pour tous les prêtres et les laïcs. Dans sa prière d'ouverture, ‘Reste avec nous, Seigneur', le Pape encouragea toutes les paroisses à commencer l'adoration perpétuelle.

L'adoration perpétuelle du Saint Sacrement place simplement Jésus au centre de notre vie de peuple de Dieu comme le Saint Père l'a exhorté. En imitant l'exemple du Pape, beaucoup de paroisses ont commencé l'adoration perpétuelle dans leur église. Il y a seulement 168 heures dans une semaine. La grande majorité des paroisses comprend deux, quatre ou six fois plus de personnes que d'heures dans la semaine. Si seulement la moitié, le quart ou le sixième des personnes de la paroisse accepte de faire une heure d'adoration dans la semaine, alors l'adoration perpétuelle du Saint Sacrement est facilement établie.

L'avantage pratique de l'adoration perpétuelle est l'ouverture de la chapelle pendant les 168 heures de la semaine. Ceci facilite chacun pour trouver une heure dans la semaine pour venir devant Jésus dans le Saint Sacrement. Aussi, quand les paroissiens savent qu'ils ont l'opportunité de rendre visite à notre Seigneur à n'importe quelle heure, il est surprenant de constater le nombre de personnes qui répond à cette opportunité.
 

--------------------------------------------------------------------------------

Guérir les cœurs brisés
Tout le monde ressent aujourd'hui un grand besoin de prière personnelle. Etre un chrétien fidèle devient difficile dans un monde non chrétien. Pour ceux qui sont accablés et trouvent la vie rude, Jésus dit : « Viens à moi »  et « je vous rafraîchirai. »  Cette soif de prière est accentuée par les épreuves de beaucoup dans la vie familiale ou dans le monde professionnel. Jésus demeure avec nous dans le Saint Sacrement pour guérir les coeurs brisés.

Mais comment pouvons-nous aller à lui lorsque la plupart de nos églises catholiques sont fermées ? Comment peut-il restaurer les moeurs, nourrir les vertus, consoler les affligés et fortifier les faibles lorsque nous rendons impossible son accès dans le Saint Sacrement ? Les apôtres firent de même à Jésus il y a deux mille ans. Les petits enfants voulaient rendre visite à notre Seigneur et s'approcher près de lui. Mais les apôtres essayèrent de ‘protéger' notre Seigneur et dirent aux petits enfants de s'en aller. Ce fut une des rares fois dans l'Evangile que notre Seigneur s'indigna en disant : « Laissez les petits enfants et ne les empêchez pas de venir à moi; car c'est à leurs pareils qu'appartient le Royaume des Cieux. » (Mt 19:13-15)
 

--------------------------------------------------------------------------------

Une place dans la salle d'hôtes
Plusieurs prêtres formidables ont pris des mesures pour permettre aux gens de rendre visite à notre Seigneur à n'importe quelle heure de la journée, même si les portes de l'église doivent être fermées pour des raisons de sécurité. Certains de ces prêtres ont transformé une pièce de l'église en chapelle d'adoration perpétuelle, tout en gardant l'église fermée. Ceci peut se faire en convertissant le baptistère ou la sacristie en chapelle du Saint Sacrement. D'autres prêtres ont transformé une petite pièce de leur presbytère en chapelle d'adoration perpétuelle en ouvrant une porte sur l'extérieur. Ainsi, les paroissiens peuvent accéder au Saint Sacrement sans déranger le prêtre. Il y a toujours une possibilité pour trouver ‘une place dans la salle d'hôtes' pour laisser les gens venir à leur Seigneur et leur Dieu. Un prêtre de Rosemburg, Texas, a fait construire une chapelle, car il n'y avait pas de place pour l'adoration perpétuelle du Saint Sacrement. Que le Seigneur le bénisse au centuple. Tant d'argent est dépensé dans la paroisse qu'il est tragique de ne pas dépenser ce qu'il faut pour fournir un peu de place là où le peuple de Dieu peut venir adorer notre Seigneur et recevoir les ‘eaux vives' de sa grâce et de son amour. Marie Madeleine ouvrit un ‘flacon d'albâtre' pour honorer et louer notre Seigneur. Pourtant tous ne pensaient pas que Jésus méritait cela, car ils ont commencé à se plaindre en appelant ceci un ‘gaspillage'. (Mc 14:3-6)

Le Pape Paul VI encouragea chaque église à avoir une chapelle du Saint Sacrement car il prévit les futures difficultés. C'est ce que les documents de Vatican II recommandent dans leur décret sur la liturgie sacrée. Et ce fut réalisé à l'instance du Pape Paul, non pour supprimer la vénération du Saint Sacrement, mais pour favoriser une ‘nouvelle ère de piété Eucharistique' en rendant notre Seigneur disponible pour son peuple.

Un prêtre doit être comme Jean-Baptiste : il doit désigner l'agneau de Dieu. Pendant son discours Eucharistique, Jésus dit qu'il est la vigne et nous sommes les sarments. Il ajoute qu'en dehors de la vigne, nous ne pouvons rien faire, mais celui qui reste uni à la vigne portera du fruit. (Jn 15:1-7)

Il y a un lien direct entre le déclin abrupt de l'adoration Eucharistique pendant les vingt dernières années et le déclin abrupt des vocations et de la participation à l'église. Les laïcs doivent s'unir aux prêtres pour montrer l'Agneau de Dieu, Jésus dans le Saint Sacrement, comme réponse aux maux de l'Eglise et de la société humaine. Un fleuve de Vie, limpide comme du cristal, jaillissait du trône et de l'Agneau et guérissait les nations. (Ap 22:1-2) L'Agneau qui se tient au milieu du trône sera leur pasteur et les conduira aux eaux de la vie. (Ap 7:17) La gloire de Dieu illumine la cité et l'Agneau lui tient lieu de flambeau. (Ap 21:23) Ceux qui ont pouvoir combattent l'Agneau, mais l'Agneau est victorieux car il est le ‘Seigneur des seigneurs et le Roi des rois.'

La guerre contre l'Agneau se manifeste par la terrible indifférence envers Jésus dans le Saint Sacrement. Ses amis qui croient en lui mais ne répondent pas à son appel de l'aimer dans le Saint Sacrement font beaucoup plus de mal que ceux qui ne croient pas en lui et critiquent ouvertement l'adoration perpétuelle.

La différence est importante entre la ‘foi intellectuelle' et la ‘foi vivante'. Un prêtre qui vient devant Jésus dans le Saint Sacrement le connaît personnellement avec une foi vivante. Et le connaître est l'aimer et vouloir qu'il soit aimé par tous. Un prêtre qui fait une heure d'adoration quotidienne est un prêtre qui veut que Jésus dans le Saint Sacrement soit adoré perpétuellement.
 

--------------------------------------------------------------------------------

Jamais laissé seul
Cet article est rédigé pour faire appel aux prêtres et laïcs qui ‘connaissent' le Seigneur dans le Saint Sacrement et veulent le proclamer ‘Seigneur des seigneurs et Roi des rois' par l'adoration perpétuelle du Saint Sacrement. Pour l'instituer dans une paroisse, je parle à chaque messe du dimanche sur la valeur et les bénéfices spirituels de passer une heure silencieuse et personnelle de prière en la présence de Jésus dans le Saint Sacrement. Après l'homélie, une invitation et un crayon sont distribués à chacun. Ceux qui veulent prendre part à l'adoration perpétuelle en acceptant de passer une heure de prière par semaine avec notre Seigneur inscrivent leur nom et leur numéro de téléphone.

Grâce à la foi des laïcs et leur soif de prière, un nombre suffisant de paroissiens choisit de prendre part à l'adoration perpétuelle. L'invitation inclut aussi une demande de volontaires pour un comité téléphonique afin que chaque heure soit retenue et que Jésus ne reste jamais seul. Une réunion est organisée pour apprendre comment établir l'adoration perpétuelle de manière efficace et permanente.

Certains prêtres pensent qu'il n'y aura pas suffisamment de personnes intéressées car trop peu répondent à l'adoration Eucharistique du premier Vendredi du mois. Pourtant, les paroissiens répondent mieux à un appel à l'adoration perpétuelle. D'abord du point de vue pratique, chacun peut choisir sa propre heure dans la semaine. Ensuite, l'adoration perpétuelle fait appel à notre foi : c'est un témoignage authentique de notre foi dans la réelle présence de Jésus dans le Saint Sacrement. Par l'adoration perpétuelle, nous mettons notre foi en pratique. Cette manière idéale de témoigner notre foi attire beaucoup de gens à cause du monde hypocrite, sombre et superficiel dans lequel nous vivons. Lorsqu'un prêtre offre l'opportunité de l'adoration perpétuelle à ses paroissiens, ceux-ci perçoivent l'importance de la présence réelle et la gravité de l'appel de Jésus dans le Saint Sacrement.

L'adoration perpétuelle répond aussi à notre Seigneur qui s'écria, le dernier jour de la fête et le plus solennel : « Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi. »  (Jn 7:37)

L'Agneau est digne d'adoration incessante de la part des hommes. « Ils ne cessent de répéter jour et nuit: » que l'Agneau est digne de recevoir l'honneur, la gloire et la louange. (Ap 4:8 ; 5:12) Jésus le mérite. Jésus mérite nos incessantes adorations et actions de grâce.
 

--------------------------------------------------------------------------------

Hostilité et terrorisme
Certains pensent qu'il est dangereux de promouvoir l'adoration perpétuelle en pleine nuit. Il n'est jamais arrivé que quelqu'un ait été agressé en se rendant dans une chapelle d'adoration Eucharistique. Le Sacré-Cœur de Paris a l'adoration perpétuelle depuis plus d'un siècle sans problème. La paroisse de St. John Newmann en Philadelphie commença les quarante heures malgré l'hostilité et le terrorisme. Par la puissance de l'adoration Eucharistique, le terrorisme disparut. Par la puissance de l'adoration Eucharistique, il en est de même aujourd'hui. Beaucoup de prêtres ont déclaré que le nombre de crimes dans leur quartier a diminué au moment où ils ont commencé l'adoration perpétuelle dans leur paroisse. Un prêtre du centre ville n'a pas connu un seul cas de vandalisme depuis deux ans. Récemment, une demande pour avoir l'adoration perpétuelle fut adressée par un missionnaire du Guatemala. Il fut inspiré d'avoir l'adoration perpétuelle grâce à l'exemple de l'église de San Marcus. San Marcus a l'adoration perpétuelle et ni prêtres ni paroissiens ne furent blessés ou tués pendant la guerre terrible qui sévissait là-bas. Dans la quatre paroisses des alentours, les prêtres ont été tués et les villages rasés.

Jésus dans le Saint Sacrement est infiniment plus puissant que toutes les armées ou toutes les forces de police rassemblées. L'Eucharistie est notre Seigneur ressuscité avec toute la puissance de sa résurrection provenant de sa puissance Eucharistique. Il répète aujourd'hui: « Courage, c'est moi, n'ayez pas peur! »

Si vous êtes un laïc intéressé par l'adoration perpétuelle, demandez-la à votre prêtre. Je serai très heureux de venir parler à chacune des messes dominicales pour faciliter son organisation. Si vous êtes un prêtre, je suis prêt à vous aider de n'importe quelle manière à établir l'adoration perpétuelle dans votre paroisse.

Par l'adoration perpétuelle, Jésus désire ouvrir les portes de son amour miséricordieux sur un monde malade. Autrement il continue à se lamenter en disant : « Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes et lapides ceux que te sont envoyés, combien de fois j'ai voulu rassembler tes enfants à la manière dont une poule rassemble sa couvée sous ses ailes . . . , et vous n'avez pas voulu! Oui, je vous le dis, vous ne me verrez plus, jusqu'à ce qu'arrive le jour où vous direz : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur! » (Lc 13:34-36)
 

--------------------------------------------------------------------------------

Contactez-nous :
Missionnaires du Saint Sacrement

A-5
Copyright, Missionaries of the Blessed Sacrament.